Couverture du journal du 02/07/2024 Le nouveau magazine

Une activité record en 2023 pour Bpifrance en Nouvelle-Aquitaine

NOUVELLE-AQUITAINE - La Banque publique d’investissement a détaillé son activité sur le territoire régional en 2023. Ses soutiens orientés vers la réindustrialisation, l’innovation technologique et la décarbonation ont mobilisé 1,6 milliard d’euros pour plus de 6 400 entreprises néo-aquitaines.

BPI

Sébastien ROBERT-CHARRÉRAU, directeur régional Bpifrance Bordeaux © D. R.

6 428 entreprises accompagnées à hauteur de 1,6 milliard d’euros, dont l’effet de levier est évalué à 4 milliards d’euros de financements publics et privés. Les chiffres de l’activité de Bpifrance en Nouvelle-Aquitaine en 2023 atteignent des niveaux records. « Après une augmentation de 7 % entre 2021 et 2022, le nombre d’entreprises accompagnées par Bpifrance a encore progressé de 10 % en Nouvelle-Aquitaine entre 2022 et 2023 », s’est félicité Sébastien Robert-Charrérau, directeur régional Bpifrance Bordeaux, lors de la présentation du bilan d’activité 2023 de la Banque publique d’investissement, le 17 avril.

« Le nombre d’entreprises accompagnées par Bpifrance a encore progressé de 10 % en Nouvelle-Aquitaine entre 2022 et 2023 »

Ce sont les thématiques de la réindustrialisation, de l’innovation technologique (notamment via le soutien aux deep tech) et de la décarbonation qui ont prioritairement mobilisé les équipes de Bpifrance en Nouvelle-Aquitaine. En Gironde, 1 856 entreprises ont été soutenues à hauteur de 598 millions d’euros, ayant généré 1,4 milliard d’euros de financements au total.

Axes stratégiques

« Sur notre premier axe stratégique, visant à accélérer la mise en transition écologique et énergétique des entreprises, nous avons distribué 58 millions d’euros de prêts climats, en partenariat avec l’Ademe, à 67 entreprises néo-aquitaines », précise Albert Badia, directeur régional Bpifrance Poitiers.

« Nous avons distribué 58 millions d’euros de prêts climats »

« Notre deuxième axe stratégique, le déploiement du Plan France 2030, nous a permis d’injecter 107 millions d’euros dans le cadre des appels à projets nationaux, 29 millions d’euros dans le cadre de concours et programmes nationaux structurels et 45 millions d’euros en aides et prêts R&D dans le cadre de France 2030 régionalisé », poursuit-il.

Enfin, troisième axe stratégique, la création d’entreprise, qui a consisté à « sensibiliser, accompagner et financer près de 12 000 porteurs de projets en Nouvelle-Aquitaine en 2023. Avec l’objectif de faire doubler le nombre de créateurs d’entreprises en France », ajoute-t-il. L’activité de garantie a quant à elle mobilisé 408 millions d’euros pour 5 500 entreprises.

Risque

Les trois secteurs les plus soutenus par Bpifrance en Nouvelle-Aquitaine ont été en 2023 l’industrie, le commerce et les services. « Bpifrance reste une banque qui prend du risque, nous n’accompagnons pas que les entreprises qui vont bien, mais aussi celles en difficultés », reprend Sébastien Robert-Charrérau.

« Notre intervention a été significative en Nouvelle-Aquitaine, et même au-delà de notre feuille de route, avec une activité Export multipliée par quatre, notamment via notre participation à la Team France Export », précise-t-il. 393 exportateurs néo-aquitains ont été soutenus par la Banque, qui a mobilisé 1,2 milliard d’euros pour que la Région puisse s’exporter. Bpifrance est le numéro un en Europe et le numéro deux mondial* en nombre d’investissements en private equity en 2023. Les investissements en capital développement s’élèvent à 75 millions d’euros dans 15 entreprises néo-aquitaines.

 

Industrie de demain

Enfin, Bpifrance a salué la dynamique de son partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine et sa participation dans 16 fonds régionaux actionnaires de 365 entreprises du territoire pour un montant de 1,1 milliard d’euros.

La Banque publique d’investissement est également intervenue en fonds propres à hauteur de 334 millions d’euros dans 70 entreprises de la région. Et elle est au capital de 7 entreprises innovantes du territoire, pour un montant de 16 millions d’euros.

« En 2024, nous ferons pareil, en mieux et en plus grand. En particulier pour l’industrie, qui pourra compter sur notre mobilisation et nos financements pour participer à créer l’industrie de demain », conclut Sébastien Robert-Charrérau.