Couverture du journal du 02/07/2024 Le nouveau magazine

The Western Bear : le repaire des gourmands

SOORTS-HOSSEGOR. Rose Kauffmann et Ben Potier ont lancé The Western Bear, un concept-store et un e-shop dédiés au barbecue. Un univers très personnel, inspiré notamment par leur passion pour les États-Unis.

Rose Kauffmann et Ben Potier The western bear

Rose Kauffmann et Ben Potier © The Western Bear

Des barbecues, des planchas, des braseros, des fours à pizza, mais également une sélection d’épicerie fine, de beaux livres, des ustensiles et des accessoires de cuisine, la boutique The Western Bear est une caverne aux trésors pour les gourmands et les gourmets. Aux manettes, on retrouve Rose Kauffmann et son mari Ben Potier qui ont tous deux travaillé dans l’industrie du surf avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Rose Kauffmann, originaire de région parisienne, a évolué pendant 10 ans au sein du groupe Boardriders : « Je venais en vacances ici, tous les étés, chez mes grands-parents, et je suis tombée amoureuse du surf. Ensuite, j’ai tout fait en fonction de cette passion. Mon objectif était de travailler dans le surf et de venir habiter ici. » Et c’est précisément ce qu’elle a fait à la sortie de l’école de commerce de Bordeaux, gravissant les échelons des services vente et marketing du géant du surf business. De son côté, Ben Potier, originaire de Vendée, a débuté en tant que prof de surf, puis a choisi de vivre de son autre passion : la photographie. Et c’est au sein du groupe Boardriders que, lui aussi, évolue depuis maintenant sept ans.

CHANGEMENT DE CAP

« En juillet 2022, j’ai fait un burn-out, confie Rose Kauffmann. Je ne pouvais plus travailler, j’étais l’ombre de moi-même. Au bout de trois mois d’un black-out total, je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose. » La jeune femme commence alors à se pencher sur une idée que le couple avait en tête depuis un moment, à la faveur de plusieurs voyages aux États-Unis. « On y a découvert une boutique de barbecues incroyable et on s’est dit que ça marcherait en France. On a regardé ce qui existait déjà. En 2023, on a repéré une boutique extraordinaire en région parisienne, Barbecue & Co, dont le fondateur nous a encouragés à nous lancer. Mais comme lui, on ne voulait pas juste ouvrir une boutique de machines, comme un Darty du barbecue. » Avec la fibre artistique de Ben et l’expérience dans le marketing de Rose, le couple souhaite « créer un univers, transmettre (son) amour des États-Unis ». L’idée est que les gens qui entrent dans la boutique ne viennent pas simplement acheter une machine, mais « vivre une expérience ».

Rose Kauffmann et Ben Potier s’attellent alors à monter le business plan et sollicitent des acteurs locaux. « Je me souviens d’un conseil que m’a donné mon premier manager, Frank Voigt : « Il faut savoir s’entourer de personnes spécialistes dans leur domaine. » On a donc créé une équipe de choc, avec de bons partenaires – agent immobilier, banquier, comptable – pour nous accompagner. » Est ensuite venu le temps de sourcer les produits et de trouver les bons fournisseurs pour une offre « gourmande, majoritairement franco-américaine », introuvable en supermarché, avec de « jolis packagings ».

Des événements pour apprendre à utiliser les machines sur le mode convivial © The Western Bear

UN ESSAI CONCLUANT

Fin novembre 2023, le stock est prêt et l’e-shop The Western Bear – conçu par Simon Wilson, fondateur de l’agence de marketing digital Hang Ten Media – est officiellement lancé. Le 1er décembre, le premier pop-up store ouvre ses portes dans la zone Pédebert, à Soorts-Hossegor, dans les locaux d’un autre concept-store : Wasted Talent. Un mois pour faire découvrir leur univers, tester leur business et rencontrer leurs premiers clients. « Après ce lancement prometteur, ponctué d’évènements, on a dû rendre les clés de la boutique. C’était prévu mais on n’en avait pas du tout envie, se souvient Rose Kauffmann. On a donc repris notre recherche d’un local. On avait quelques pistes mais fin janvier, il y a eu un parfait alignement des planètes. Content de ce premier mois de cohabitation, Ben Snowden-Boyd, le fondateur de Wasted Talent, nous recontacte pour nous proposer de revenir dans la boutique de mars à décembre. »

Depuis Mars, The Western Bear rassemble les amateurs de bonne chère, en quête d’un barbecue pour les soirées entre amis, d’une sauce piquante pour accompagner une côte de bœuf, d’un assaisonnement pour twister des légumes grillés ou d’un cadeau original à offrir. Ces mêmes gourmands se retrouvent aussi lors des évènements régulièrement organisés par les créateurs de la boutique. « En plus de permettre aux clients d’apprendre à utiliser les machines, on pense que les évènements font partie de l’univers hyper convivial et familial qu’on veut créer », précise Rose Kauffmann. Pour les plus joueurs, les soirées « Summer Hot Sauces Challenge » constituent une occasion festive pour se mesurer à la redoutable échelle de Scoville (force des piments). The Western Bear, une ode au partage.

The Western Bear propose un rayon d’épicerie fine. © The Western Bear

« ÊTRE SÛR DE SES IDÉES EN RESTANT FLEXIBLE »

Les difficultés : « Si nous avons évidemment fait face à quelques obstacles, la construction de ce projet a fait partie de ma thérapie après mon burn-out. Le plus dur, c’est peut-être maintenant. On se demande si ça va continuer à fonctionner, si on va tenir sur la durée, si je vais réussir à me verser un salaire et si nous allons trouver une boutique physique à l’année. »

Un conseil : « Il faut être sûr de ses idées tout en restant flexible. Il faut savoir écouter sa petite voix intérieure, tout en tenant compte de ses forces et de ses faiblesses. »

La communication : « On a des pages Instagram et Facebook sur lesquelles nous sommes actifs et une page LinkedIn sur laquelle on aimerait proposer plus de contenu business. Il ne faut pas passer à côté des réseaux sociaux, ni minimiser leur impact. Mais cela prend vraiment du temps pour produire du contenu de qualité. »