Couverture du journal du 16/10/2021 Consulter le journal

[ Soustons ] Écomiam : Les banquiers fondent pour les surgelés

Benoît Hirigoyen et Thomas Cazalets ont abandonné le secteur bancaire pour ouvrir un magasin de surgelés Écomiam à Soustons.

Ecomiam Soustons

Le magasin est situé 15 rue de Gascogne à Soustons © Ecomiam Souston

Tous deux âgés de 35 ans, Benoît Hirigoyen et Thomas Cazalets se sont connus il y a 20 ans, sur les terrains de l’US Tyrosse Rugby. Depuis, le parcours des deux amis s’est construit en parallèle. Pendant près d’une quinzaine d’années, ils ont exercé comme chargés de clientèle pro au Crédit agricole, l’un à Hossegor, l’autre à Peyrehorade. Et à force de financer les projets des autres, l’envie de créer leur propre entreprise a fini par les titiller également. Restait à trouver dans quel domaine… «Nous voulions faire du commerce tout en conservant un équilibre familial, chacun de notre côté, raconte Benoît Hirigoyen. Donc dès le départ, nous savions que la restauration n’était pas une option et que nous voulions ouvrir un magasin.» Après une étude de marché, ils remarquent qu’il n’y a pas d’enseigne de surgelés à Saint-Vincent-de-Tyrosse et Soustons, secteur où ils souhaitent installer leur entreprise. «Nous ne connaissions pas ce domaine, mais cela ne nous a pas arrêtés», indique Thomas Cazalets.

C’est en décembre 2019, à la faveur d’un reportage dans l’émission « Capital » sur M6, que leur destin bascule. Ils découvrent Écomiam, un réseau de magasins de surgelés implanté en Bretagne et qui cherche à se développer dans le reste de la France au moyen de contrats d’affiliation. « Le concept nous a plu tout de suite, assure Benoît Hirigoyen. Chez Écomiam, tous les produits sont de qualité, 100 % français et à des prix abordables, tout en rémunérant correctement les filières de production. Pour y parvenir, il n’y a pas de superflu autour des produits. Les emballages sont minimalistes tout comme la communication. Pour se développer, le réseau fonctionne sur le bouche-à-oreille.» Les deux hommes se rapprochent des créateurs du réseau. «On a été hyper bien accueillis et on a su que c’était exactement ce qu’on cherchait, reprend Thomas Cazalets. Au-delà de la convivialité, les valeurs de l’enseigne nous tiennent à cœur. Comme la transparence par exemple. En magasin, les étiquettes de chaque produit indiquent toutes les informations essentielles : la carte de France qui situe le fournisseur, le bassin de culture ou d’élevage, les zones de pêche, et même la répartition des revenus entre la filière de production, Écomiam et l’État ! »

Des prix abordables, tout en rémunérant correctement les filières de production

Un parcours semé d’embûches

Ecomiam Soustons Thomas Cazalets Benoît Hirigoyen

Ex-conseillers bancaires, Thomas Cazalets (à gauche) et Benoît Hirigoyen ont ouvert leur magasin de surgelés à Soustons, le 26 mars dernier © Ecomiam Souston

Toujours salariés, Benoît Hirigoyen et Thomas Cazalets sentent qu’ils ont trouvé leur voie de reconversion. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir vu l’émission de M6 et un autre porteur de projet émerge sur le même secteur géographique. «Ça a été une vraie course contre la montre : le premier qui trouvait un local pouvait ouvrir le magasin.» Écomiam impose une surface de vente de 300 m2, une superficie quasi introuvable sur la côte sud des Landes où les biens sont rares. « On a eu de la chance. Nous avons trouvé un emplacement à Soustons grâce à notre réseau de connaissances.» Le bail en poche, ils demandent une rupture conventionnelle à leur entreprise… qui leur est refusée. « Ça a été un coup dur parce que sans les indemnités de Pôle emploi, notre projet n’était pas viable. » Heureusement, ils découvrent le dispositif démissionnaire de Transitions Pro. « Cela permet de démissionner et de toucher les indemnités chômage pour créer une entreprise, après évaluation du caractère réel et sérieux du projet. »

Régionaliser les gammes

Écomiam est né en Bretagne en 2009 et jusqu’en 2020, tous les magasins de l’enseigne ont été implantés dans cette région. Pas étonnant donc que la grande majorité des fournisseurs de l’enseigne soient également bretons. Mais avec le déploiement des magasins dans la France entière, les franchisés souhaitent régionaliser les gammes. «Nous aimerions beaucoup faire entrer des producteurs du Sud-Ouest dans le catalogue», confirment Benoît Hirigoyen et Thomas Cazalets. Toutes les filières disposant d’une unité de surgélation et de volumes suffisants pour livrer la cinquantaine de magasins du réseau peuvent se rapprocher des entrepreneurs soustonnais.

Cette fois, plus rien ne s’oppose à leur reconversion. Ils réunissent leurs économies, empruntent 190000 euros à leur ancien employeur et ouvrent leur magasin, le 26 mars 2021. « On a fait un très bon démarrage. Le mois de mai a été un peu plus calme, mais il faut que les gens apprennent à nous connaître. C’est d’ailleurs pour cela que nous nous sommes affiliés à Mondial Relay et que nous proposons un service supplémentaire de retrait de colis. Cela nous offre de la visibilité auprès d’une nouvelle clientèle potentielle. Mine de rien, ça nous ramène entre 30 et 40 personnes par jour… ».

Dans le même esprit, ils sont devenus sponsors du club de rugby de Soustons. « On reste des Tyrossais de cœur, mais c’est important pour nous de jouer le local avec les partenaires.» Et qui sait, l’US Tyrosse pourrait lui aussi être sponsorisé d’ici peu… En plus d’embaucher deux à trois personnes dans les années à venir, Benoît Hirigoyen et Thomas Cazalets envisagent d’ouvrir un deuxième magasin Écomiam à Saint-Vincent-de-Tyrosse en 2023.

Si le bouche-à-oreille fonctionne, c’est gagné !

LE STATUT JURIDIQUE

Benoît Hirigoyen : « Nous avons créé une SAS (Société par actions simplifiée). C’était ce qui était le moins coûteux, tout en nous
permettant d’être tous les deux salariés de l’entreprise. »

 

LA COMMUNICATION
Thomas Cazalets : « Le réseau nous a offert trois parutions dans la presse et une campagne de 10000 SMS pour nous lancer. De notre côté, nous avons investi dans trois campagnes de flyers dans les villages alentour. Nous communiquons également sur les
réseaux sociaux : Facebook, Instagram et LinkedIn. »

 

LES CLÉS DE LA RÉUSSITE
Benoît Hirigoyen : « En alimentaire, c’est la qualité de nos produits avant tout. Et nous avons totalement confiance en elle. Les retours de nos clients sont très bons. Si le bouche-à-oreille fonctionne, c’est gagné! »

 

LE +
Thomas Cazalets : « Être bien entourés! En plus du suivi Transitions Pro, nous bénéficions de l’accompagnement de l’enseigne.
Et nous sommes également lauréats de Réseau Entreprendre Adour, ce qui nous a permis d’obtenir un prêt d’honneur de 10000 euros chacun et un parrainage de deux ans par Stéphane Chanfreau, dirigeant de Subway à Mont-de-Marsan. Il comprend nos problématiques et sait nous conseiller en cas de besoin. »

 

Ecomiam Soustons

Les étiquettes de chaque produit portent toutes les informations essentielles pour le client : le prix unitaire et au kilo, la carte de France qui situe le fournisseur, le bassin de culture ou d’élevage, les zones de pêche, la répartition des revenus entre la filière de production, Écomiam et l’État et des conseils de préparation © Ecomiam Soustons

Economie_circulaire_A4