Couverture du journal du 22/01/2022 Consulter le journal

La filière chanvre se structure

Sous l’impulsion du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, une filière locale du chanvre est en train de se mettre en place dans les Landes. Depuis la culture de la plante jusqu’à son utilisation dans divers secteurs.

©Pexels

En 2018, à la demande du conseil régional, Stéphanie Sauvée, consultante en structuration de filières vertes, a réalisé une étude sur le potentiel de développement d’une filière chanvre néo-aquitaine. Face au nombre de porteurs de projets déjà lancés dans l’aventure, elle y a vu une opportunité pour l’agriculture régionale. « Devant les fortes incitations à changer de pratiques, à limiter les consommations en eau et à agir en faveur de la biodiversité, le monde agricole est très demandeur d’alternatives aux cultures traditionnelles, note Stéphanie Sauvée. Beaucoup de producteurs sont d’ailleurs prêts à démarrer le chanvre sans délai ! » Ne nécessitant pas de pesticide ni d’intrant chimique de synthèse, pas ou très peu d’eau et une rotation tous les six ans sur la parcelle, la plante répond en effet à de nombreuses attentes. « Mais encore fallait-il qu’il y ait des marchés en face.

Aujourd’hui, plusieurs sont matures : l’alimentation avec la volonté de manger sain et local et la loi Égalim qui promeut l’utilisation de protéines végétales dans la restauration scolaire; le bâtiment confronté à des difficultés d’approvisionnement et dont les nouvelles réglementations imposent de plus en plus de matériaux biosourcés; le textile qui commence enfin à s’interroger sur son impact environnemental et qui s’oriente vers une mode éthique et locale ; les cosmétiques qui sont en recherche constante d’ingrédients naturels ; sans compter le développement des boutiques de CBD. »

Devant la multitude de débouchés, l’opportunité de relocaliser certaines productions et de consolider l’emploi en milieu rural, la Région a décidé d’accompagner six départements dans l’émergence de filières locales : la Gironde, la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Vienne, la Corrèze et les Landes. Ces territoires ont été choisis car des entreprises y transforment et commercialisent déjà du chanvre. Elles sont quatre dans les Landes. À Saint-Geours-de-Maremne, les Chanvres de l’Atlantique procèdent à la première transformation de la plante en farine et en huile. À Mimizan, l’association de maraîchers bio Chanvre des Landes réalise des essais culturaux dans les terres sableuses du nord du département et concocte des buffets au chanvre à partir de produits issus de la deuxième transformation de la plante : saucisses, brioches, pâtés, baguettes… À Mont-de-Marsan, Dakoté produit du chanvre pour le transformer en CBD, tandis qu’Arpa à Hossegor élabore et distribue des produits à base de CBD.

Journée portes ouvertes Chanvre Mellois

Journée portes ouvertes Chanvre Mellois © Région Nouvelle-Aquitaine – Françoise Roch

UNE VINGTAINE D’AGRICULTEURS ENGAGÉS DANS LA DÉMARCHE

Pour fournir ces marchés locaux existants et tous les autres qui devraient émerger, l’Association landaise pour la promotion de l’agriculture durable (Alpad) s’est vu confier le développement du projet dans les Landes. En partenariat avec la chambre d’agriculture, elle a identifié une vingtaine d’agriculteurs bio et conventionnels prêts à se lancer. Durant l’année 2022, du semis en mars jusqu’à la récolte en septembre, ils seront formés à la culture du chanvre sur trois parcelles tests d’un hectare chacune. « Parallèlement, des actions seront menées pour amorcer les marchés locaux du bâtiment et de l’alimentaire », précise Stéphanie Sauvée. Des ateliers culinaires sont ainsi prévus pour des responsables de la restauration collective, tandis que des professionnels du bâtiment seront initiés aux matériaux et techniques d’utilisation du chanvre dans la construction. Un chantier servira même de démonstrateur. Il fera l’objet d’un accompagnement pour intégrer, dès sa conception, les matériaux chanvre qui seront bientôt produits dans le département, grâce à la création d’une unité de transformation, également à l’étude.

« Si les intercommunalités jouent le jeu en consommant de la matière, à la fois pour la restauration scolaire et la construction de bâtiments, c’est une toute nouvelle filière économique qui pourra émerger localement, d’ici quelques années. »

Journée portes ouvertes Chanvre Mellois

Journée portes ouvertes Chanvre Mellois © Région Nouvelle-Aquitaine – Françoise Roch