Couverture du journal du 16/10/2021 Consulter le journal

Fibre optique : les Landes mettent le turbo

Fin 2022, tous les Landais pourront se connecter à la fibre. Le Département des Landes accélère, en effet, la desserte en très haut débit du territoire avec la signature d’une convention avec l’opérateur Altitude Infrastructure. Elle permettra le déploiement d’un réseau privé qui cohabitera avec le réseau public installé par le Syndicat d’équipement des communes (Sydec).

© Shutterstock

« Je n’ai pas l’habitude des effets de manche, mais je crois que nous avons tous le sentiment aujourd’hui que ce moment de l’histoire des Landes sera à marquer d’une pierre blanche ». C’est sur un ton solennel que Xavier Fortinon, président du Conseil départemental, a débuté la table ronde qui préludait à la signature du projet AMEL (Appels à manifestation d’engagements locaux) entre le Département, le Syndicat d’équipement des communes (Sydec) et l’opérateur privé Altitude Infrastructure, le 20 septembre dernier. En ligne de mire : passer à 200 000 foyers et entreprises équipés en prises optiques. De quoi apporter le très haut débit (plus de 30 Mbits/s) à 100 % des Landais d’ici fin 2022, alors que la couverture était initialement prévue à 80% d’ici 2025. Un coup d’accélérateur qui permettra donc de gagner trois ans sur cette infrastructure qui répondra, selon lui, « aux enjeux landais, aussi bien en matière de développement économique, de tourisme, de revitalisation des centres-bourgs, que de solidarité, d’éducation et d’accès aux services publics ».

PARTENARIAT PUBLIC / PRIVÉ

Engagé depuis 2013 dans un schéma directeur territorial d’aménagement numérique avec le Sydec, le Département a lancé, dès le mois de mars dernier, le nouvel outil dont l’État a doté les collectivités : les Appels à manifestation d’engagement locaux (AMEL) auprès des opérateurs privés, après l’arrêt de l’abondement du Fonds pour la Société Numérique, nécessaire aux secondes phases des projets d’initiatives publiques.

C’est l’opérateur normand Altitude Infrastructure, déjà présent sur 19 réseaux très haut débit avec 3,5 millions de prises déployées en France, qui a été retenu en juillet, parmi cinq candidatures, sur des critères d’amplitude et de qualité du déploiement, de calendrier, de cohérence avec le réseau d’initiative publique et d’engagements financiers.

QUI FAIT QUOI ?

Depuis 2016, le Sydec déploie le réseau d’initiative publique dont l’exploitation et la commercialisation ont été déléguées à la Société publique Nouvelle Aquitaine Très Haut Débit, à laquelle adhèrent six autres départements. Aux 90 000 prises en cours d’installation par le Sydec, viendront s’ajouter 6 600 prises supplémentaires qui n’étaient pas prévues dans le schéma initial.

Altitude Infrastructure s’est engagée à installer, avec une équipe de 150 personnes, d’ici fin 2022, 105 000 prises, dont l’opérateur sera propriétaire. Il en assurera la conception, la construction, la maintenance, l’exploitation et la commercialisation.

Le déploiement de la fibre optique s’effectuera principalement via les infrastructures existantes : en souterrain, en aérien ou en façade. Lorsque ces infrastructures n’existent pas, la création d’infrastructures souterraines sera privilégiée. Les deux réseaux qui répondent au même cahier des charges, défini par l’État, seront identiques.

QUEL CALENDRIER ?

Altitude Infrastructure installera environ 10 000 prises en 2020, 50 000 en 2021 et 45 000 en 2022.

L’idée est de prioriser les territoires les plus éloignés de l’offre Internet, notamment une partie du pays de Born, Sabres et Morcenx.

COMBIEN CA COÛTE ?

112 millions d’euros de fonds publics pour les 96 600 prises déployées par le Sydec, avec le concours financier de l’État, de la Région et des communautés de communes. Afin de couvrir 100 % du territoire en fibre optique, le Département a également choisi d’équiper les zones où la fibre n’était pas prévue dans le schéma initial de 2013, en prenant intégralement à sa charge le financement complémentaire (10 millions d’euros), sans impact financier sur les communautés de communes.

153 millions d’euros : l’investissement d’Altitude Infrastructure pour 105 000 prises, sur fonds propres. L’entreprise prévoit de le financer à 70 % par des prêts de longue durée et à 30 % par des fonds privés.

DU CÔTÉ DES UTILISATEURS QUELS OPÉRATEURS ?

Altitude Infrastructure annonce avoir passé un accord cadre avec Orange, SFR, Free, Bouygues et d’autres fournisseurs d’accès dédiés aux entreprises. « Dès que les prises sortiront de terre, il y aura un maximum de concurrence autour de l’offre », prédit David El Fassy. Le réseau public et le réseau privé appliqueront les mêmes tarifs de location au fournisseur d’accès qui se chargera de connecter chaque abonné au réseau.

QUELS TARIFS POUR L’USAGER ?

Le particulier ou l’entreprise bénéficiera des tarifs du fournisseur d’accès qu’il aura choisi, identiques sur l’ensemble territoire.

QUI CONTACTER EN CAS DE PANNE SUR LE RÉSEAU ?

En cas de problème sur le réseau, le fournisseur d’accès reste l’interlocuteur du client, comme aujourd’hui sur le réseau téléphonique.