Couverture du journal du 19/09/2020 Consulter le journal

Coiffure, on change tout

La parenthèse capillaire du confinement nous a-t-elle donné de nouvelles envies et va-t-elle influencer les tendances de l’été ? Le point avec deux coiffeuses landaises.

Tondeuses aventureuses, coups de ciseaux intempestifs, couleurs aléatoires… Les chevelures des impatients ont eu la vie dure pendant le confinement. Chez les coiffeurs, on sent monter une envie générale de changement, parfois contrainte et forcée par quelques dégâts capillaires. 

BLANC C’EST BLANC

Effet inattendu de ces semaines où les racines naturelles ont pris le dessus : on a fini par s’y habituer et même par avoir envie de les garder. Si les tutos distillés par Émilie Larrouy du salon de coiffure bio EM, à Capbreton, sur sa page Facebook, notamment pour camoufler les cheveux blancs en utilisant les talents cachés du mascara, ont rencontré un franc succès, certaines se montrent déterminées à préserver l’argenté. « Pour les accompagner, on fait des balayages gris pour casser les racines », explique-t-elle. Une mode qui ne passera pas forcément l’été, selon Véronique Persand, du Comptoir du style qui observe le même phénomène à Mimizan : celles qui
s’attendaient à un blanc immaculé sont, en effet, parfois un peu déçues par la nuance de gris.

RETOUR AU NATUREL

Côté coupe, « quelques messieurs se sont trompés de sabot sur la tondeuse et ont taillé ras… Alors, adieu dans l’immédiat les jolis dégradés qui s’annonçaient pour l’été », sourit-elle. « Certaines optent aussi pour une coupe bien plus courte qu’avant par crainte d’un nouveau confinement. Mais, la tendance générale est au naturel et au facile à coiffer », observe pour sa part Émilie Larrouy. Pour d’autres, les deux mois d’attente, calfeutrées à domicile, ont permis de passer le cap fatidique pour atteindre le carré boule qui devient l’incontournable de la saison. Et les quelques centimètres gagnés en deux mois donnent aussi, à tout âge, envie de retrouver la longueur qui se porte en 2020 juste au-dessus des épaules : une coupe de transition, des soins nutritifs hebdomadaires… et le tour est joué. Une certitude néanmoins : entre le masque et les lunettes de soleil, inutile d’en rajouter : cet été on bannit la frange !