Couverture du journal du 16/10/2021 Consulter le journal

Api’Up, espaces de bureau en liberté

Api’Up, entreprise d’insertion capbretonnaise spécialisée dans la valorisation des matériaux de récupération, lance Ospher, la première marque de mobilier modulable design et haut de gamme pour les espaces professionnels, constitué à 99 % de cuir, de textile et de bois recyclés.

Api’Up Ospher

© D. R.

« Avec la multiplication dans les entreprises des lieux hybrides, entre bureau, lieu de pause ou de restauration, aujourd’hui, les espaces de travail se réinventent pour continuer à remplir leur fonction de rencontre, de collaboration directe et de synergie entre les salariés, pour des moments choisis favorisant le bien-être », observe Valérie Fernani, directrice d’Api’Up. C’est de ce constat qu’est née Ospher, la nouvelle marque de solutions d’aménagement de la structure d’insertion capbretonnaise spécialisée dans la valorisation de matériaux de récupération. Destinés à l’entreprise comme aux espaces tertiaires ou de coworking, ces bureaux simples ou doubles, tables, assises, cloisons de bureau, paravents ou rangements modulables « facilitent la séparation visuelle et acoustique pour travailler ensemble, en liberté ou s’isoler sans se cloisonner ».

DESIGN « DÉSIRABLE »

Le nouveau concept qui fera l’objet d’une campagne de communication sur les réseaux sociaux et sera présenté du 6 au 8 octobre à Workspace Expo, l’un des principaux rendez-vous européens de l’espace de travail, et du 19 octobre au 4 novembre dans la Galerie Via, le salon organisé par l’incubateur French Design, devrait séduire les prescripteurs : architectes, architectes d’intérieur ou aménageurs. Avec leurs lignes arrondies et leurs couleurs maîtrisées « pour une sensation de confort immédiate », les éléments designés par l’agence Bénessois Franck Rodrigue pour la collection Gravity et par l’agence de design La Racine pour la collection Equinox et la future collection Terria réalisée à partir de textile d’ameublement, répondent, en effet, à une attente d’upcycling « désirable » de la part des entreprises ou grands groupes de plus en plus nombreux à s’engager désormais dans l’écoresponsabilité.

Api’Up Ospher

© D. R.

L’ATOUT CUIR DE LA NOUVELLE MATIÈRE « GRANISPHER »

Valérie Fernani Api’Up Ospher

Valérie Fernani, Directrice d’Api’Up © D. R.

Une souplesse des formes rendue possible grâce à « Granispher », un composite rigide breveté composé à plus de 95 % de chutes de cuir et de liant écologique, issu du travail de recherche et développement mené depuis 2018 en partenariat avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’IUT science et génie des matériaux de Mont-de-Marsan.

Pour sécuriser son approvisionnement, la manufacture landaise qui collecte les rebuts de cuir auprès de cinq acteurs dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, s’appuie aussi sur Écoval Cuir, la filière de collecte et de valorisation qu’elle a initiée en Nouvelle-Aquitaine.

« L’objectif est de valoriser au maximum le cuir en optimisant la frange qui pourra partir en réemploi dans l’upcycling, ou dans des projets émergents de recyclage qui demandent un outil industriel conséquent », précise Valérie Fernani. Une démarche au long cours, accompagnée par l’État, la Région et l’Europe, dont la première phase en 2020, a permis de dresser un état des lieux du gisement accessible et qui entame désormais sa deuxième phase. Au programme : recherche de partenariats, chiffrage des prestations et définition d’un modèle économique qui devra s’adapter à la réalité du terrain, dans la mesure où ce déchet reste encore mal connu des entreprises.

Api’Up Ospher

© D. R.

 

PROJET LOOP : MUTUALISER LA PRODUCTION SOBRE ET DURABLE

Un espace et des équipements partagés pour mutualiser l’accès à un outil de production à partir de matières premières sobres et durables entre les entreprises et porteurs de projets, avec le numérique comme levier dans la conception et la fabrication : c’est l’objet du projet Loop, initié par Api’Up. Il réunit depuis janvier 2021, au sein de son conseil d’administration, différentes structures susceptibles de mobiliser l’outil. Parmi elles : le technopole Domolandes dédié à la construction durable, le comité de bassin de l’emploi du Seignanx, l’incubateur d’économie sociale et solidaire Le Tube à essai, le fablab de Soustons l’Établi, la chambre de commerce et d’industrie et la chambre de métiers et de l’artisanat des Landes, l’association européenne des industries de la glisse Eurosima, l’Estia et la coopérative d’entrepreneurs solidaires Co-actions… Avec un local de 500 m2, prévu dans l’extension de Domolandes à Saint-Geours-de-Maremne, le projet qui devrait prendre la forme de société coopérative d’intérêt collectif (Scic), portera dans un premier temps sur le recyclage du bois, du textile, du cuir et du PVC.

 

1,4 MILLION D’EUROS D’INVESTISSEMENTS

Si pendant le premier confinement, Api’Up a dû réduire son activité à la collecte de produits alimentaires et de santé, avant une reprise intense des commandes dès septembre 2020, l’entreprise a profité de cette parenthèse de quelques mois pour peaufiner ses perspectives de développement. Le budget global d’1,4 million d’euros mobilisé auprès de l’État, l’Europe, la Région, le Département et la communauté de communes Maremne-Adour-Côte-Sud, les fondations, l’Adème et la Carsat, porte à la fois sur le lancement de la marque Ospher, ses projets en matière d’approvisionnement et d’innovation, et sur le déménagement de la structure dans un nouveau bâtiment au sein de la zone d’activité Atlantisud à Saint-Geours-de-Maremne, sur un terrain de 5 000 m2. L’équipe de 31 salariés, dont 20 à 25 en insertion selon les périodes, devrait s’installer au cours du deuxième semestre 2022 dans le nouvel atelier de 1 000 m2, la partie bureau étant hébergée au sein de l’hôtel d’entreprises voisin, Domolandes.