Couverture du journal du 03/05/2021 Consulter le journal

Actiphy’t : Sport sur ordonnance

À Saint-Martin-de-Seignanx, Serge Dicharry a ouvert fin janvier Actiphy’t, une salle de sport adaptée pour accueillir les personnes en situation de handicap ou pratiquant sur prescription médicale.

Actiphy’t

Serge Dicharry © N. B.

Au premier regard, Actiphy’t, la salle de sport adaptée ouverte par Serge Dicharry à Saint-Martin-de-Seignanx, ne se distingue pas des espaces de fitness classiques. Et pourtant… ici, la presse mixte dédiée au renforcement musculaire des membres inférieurs permet de s’affranchir des effets de la gravité. Le rameur se scinde en deux pour être utilisé en handisport, le Functional Trainer doté de deux bras articulés ou le vélo à bras pour le réentrainement à l’effort des membres supérieurs, et bien d’autres instruments aussi ludiques que performants, sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant. « J’ai commencé par prendre le temps de sélectionner le matériel parfait, au détail près, à mi-chemin entre le sport et le médical. Trop souvent, dans une salle de sport pour le grand public, si l’activité n’est pas adaptée, non seulement le patient se décourage, mais il en est également affecté. Elle lui renvoie violemment son handicap, accentue le fait de se sentir différent. Dans mon métier, il faut sans cesse faire preuve d’imagination pour montrer qu’il est possible de pratiquer malgré les difficultés et les appréhensions », analyse-t-il. En 15 ans d’expérience, cet expert du réentraînement sportif a pu évaluer l’importance de l’écoute et de l’échange avec chaque patient sur sa pathologie pour mieux susciter l’adhésion au programme de rééducation adapté aux déficiences qu’elle génère.

Serge Dicharry « pérenniser l’effort après la rééducation »

« On connaît le sport à travers son enseignement classique, moins pour ses spécialisations dans le paramédical qui ont fait leur apparition dans les années 1990 », observe Serge Dicharry, titulaire d’un master 2 en activité physique adaptée, après un cursus au sein de la formation Staps de Bordeaux 2, (maîtrise activités physiques adaptées et master d’ingénierie de l’entraînement sportif).

Pour créer au sein d’un centre de rééducation de Cambo-les-bains un service d’activité physique dédié à la prise en charge des lombalgies chroniques, en 2005, il se forme à Angoulême sur le programme pluridisciplinaire de rééducation fonctionnelle du rachis (RFR), auprès de Philippe Lafond, enseignant cadre du service des activités physiques adaptées, pionnier en France de la méthode RFR qui lui instille la vocation. Quinze ans d’expérience plus tard, il crée sa propre structure pour proposer aux patients de pérenniser leurs efforts de façon optimale, adaptée, dans la continuité de leur séjour en centre de rééducation.

Changer le regard sur le handicap

Serge Dicharry © N. B.

Et le sport sur ordonnance, lancé par le décret n° 2016- 1990 du 30 décembre 2016 pour une trentaine d’affections de longue durée considérées comme chroniques (certains cancers, obésité morbide, sclérose en plaques, blessés médullaires, dépression…), gagne du terrain. Si son remboursement par la Sécurité sociale est encore à l’étude, il peut l’être partiellement, sous conditions, par certaines associations ou mutuelles. Une évolution qui va dans le bon sens, pour Serge Dicharry et qui devrait, selon lui s’étendre à la prévention. Il en est convaincu : « Regrouper plusieurs personnes, l’une souffrant de lombalgie, une autre dans un fauteuil roulant et un senior souhaitant se remettre au sport pour éviter les blessures, l’essoufflement à l’effort, les chutes, prévenir le diabète ou l’hypertension… permettrait en prime de casser les appréhensions par rapport au handicap et aux différences en général ».

Actiphy’t

« Un vrai parcours du combattant »

Le choix du statut juridique

« L’Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) en raison des investissements conséquents dans le matériel nécessaire à l’activité commerciale d’Actiphy’t. Ce statut permet en effet la séparation des patrimoines personnel et professionnel ».

Les difficultés rencontrées

« En raison de la pandémie de la Covid-19, l’ouverture d’Actiphy’t a été reportée jusqu’en janvier 2021. Un vrai parcours du combattant, jusqu’au décret publié en novembre 2020 par le ministère des Sports et de la Solidarité, permettant à certaines structures d’accueillir un public dit prioritaire. Bien sûr dans le respect de toutes les mesures sanitaires pour garantir la pratique du sport en toute sécurité ».

Le + : « J’ai été accompagné pendant un an par BGE Tec Ge Coop et France Active Aquitaine pour vérifier la viabilité de mon projet, élaborer l’étude de marché, monter le business plan ».

La communication

« Je dispose d’une page Facebook et d’un flyer, mais je crois beaucoup plus à la prescription qu’au virtuel. Il y a une vraie attente sur le sport adapté chez les médecins, kinésithérapeutes et ostéopathes du Seignanx auxquels j’ai présenté mon activité et qui m’ont réservé un excellent accueil. Je suis également référencé au sein du dispositif Prescription d’exercice physique pour la santé (Peps), le réseau de professionnels de l’activité physique formés et ressources dans chaque département, à la Mutuelle des sportifs, pionnière en matière de remboursement sur le sport santé. Je compte prochainement travailler avec l’association Côte basque sport santé ».