Couverture du journal du 19/09/2020 Consulter le journal

Les sportifs prennent la pose

A Mont-de-Marsan, le musée Despiau-Wlérick croise sculptures figuratives et photographies de sportifs pour inviter à découvrir l’art autrement.

On connaissait « Les Dieux du stade », le calendrier de nus artistiques des joueurs de rugby du Stade français… En version plus sage pour l’exposition « Musée athlétic club », au musée Despiau-Wlérick de Mont-de-Marsan, les basketteuses de Basket Landes et les rugbymen du Stade montois ont posé, en tenue, devant l’objectif de Cyril Vidal, aux côtés d’une sculpture. Les supporters découvriront Céline Dumerc, figure de Basket Landes, adoptant la posture et l’expression concentrée de « la Liseuse », de Charles Despiau. Le trois-quarts Julien Cabannes se mesure au puissant « Apollon » du sculpteur. Tout proche, son frère, Romain prend la pose aux côtés du tout aussi monumental « Athlète au javelot » de Robert Wlérick. Bras croisé, barbe flamboyante, le pilier Jeronimo Negrotto se confond dans une même expression avec le buste de Victor Hugo d’Auguste Rodin. La nouvelle internationale Marie- Michelle Milapie, main sur l’épaule, mime « l’Allégorie de la parfumerie », de Joseph Csaky…


DANS L’INTIMITÉ DU MUSÉE


Camille Aubert, Miranda Ayim, Markeisha Gatling, Romana Hejdová, Mailis Pokk, Alexia Plagnard et Mamignan Touré, Alexandre de Nardi, Frédéric Loustalot, Laurence Pearce, Rémi Talès, Julien Tastet et Jens Torfs, sont aussi de la partie. Dix-huit athlètes qui ont plongé dans l’intimité du musée pour contribuer à mettre en lumière, chacun à leur manière, autant d’oeuvres majeures qui témoignent de la richesse de la sculpture figurative, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Éclairant avec autant de bonheur le sportif que l’oeuvre d’art, le photographe d’Aire-sur-l’Adour, meilleur ouvrier de France à deux reprises, joue avec bonheur de la ressemblance ou du décalage. Une autre manière de découvrir l’art.