Couverture du journal du 02/07/2024 Le nouveau magazine

Conjoncture – L’économie landaise au ralenti mais « des signes d’amélioration »

La 46e enquête de conjoncture de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) des Landes montre des difficultés dans le tourisme-restauration, le commerce, le bois et le BTP, mais offre des raisons d’espérer.

Pascal Dussin, directeur de l’animation économique et territoriale de la CCI des Landes, commente l'enquête conjoncture © J. D.

Au total, 265 entreprises (54 de l’industrie, 35 du BTP, 80 du commerce et 96 dans les services) représentant 10 467 salariés et près de 3,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 14 % de l’économie landaise, ont répondu à l’enquête biannuelle de la CCI qui scrute les tendances des six derniers mois et les perspectives des six prochains. « Les bonnes décisions se prennent avec de bons indicateurs », a commenté le président François Lafitte, en ouverture de ce petit-déjeuner de conjoncture dans les locaux de la chambre consulaire, à Mont-de-Marsan.

CARNETS DE COMMANDES REGARNIS

Dans un contexte mondial de croissance faible, d’un euro et d’un prix du pétrole quasi-stables, de prix de matières premières à la hausse mais d’une inflation qui se normalise dans la zone euro, l’activité de l’économie landaise tourne au ralenti au premier trimestre 2024. « Moins de 27 % des entreprises ont vu progresser leur chiffre d’affaires alors que 37 % l’ont vu régresser (6 points de plus qu’en décembre) », a détaillé Pascal Dussin, directeur de l’animation économique et territoriale de la CCI des Landes. Mais, a-t-il ajouté aussitôt, « les carnets de commandes se sont regarnis, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour l’avenir, avec 26,5 % qui sont à la hausse (10 points de plus qu’en décembre). »

Le ralentissement de l’investissement se confirme, avec « un taux le plus faible depuis la période Covid » (42,7 % des entrepreneurs déclarent avoir investi durant le premier trimestre). Les marges sont en recul pour plus de quatre entreprises sur 10, et les délais de paiement s’allongent de 11 à 14 jours de retard, « un signal à surveiller car il cause de très importantes difficultés », a souligné Pascal Dussin.

Côté emploi, si sept entreprises sur 10 ont conservé le même volume d’effectif, près de 20 % d’entre elles ont réduit leur personnel (8 points de plus qu’en décembre). Mais là encore, les perspectives semblent meilleures, avec près de 19 % qui envisagent de recruter. Les besoins en main-d’œuvre continuent d’être forts dans l’agriculture, l’hôtellerie-restauration, les manutentionnaires ou agents d’entretien.

François Lafitte, président de la CCI des Landes © J. D.

DISPARITÉS PAR SECTEUR

Par secteur, les disparités sont fortes, avec le bâtiment et le commerce ayant plus de difficultés que l’industrie et les services aux entreprises par exemple. Ainsi, des marchés captifs et perspectives positives sont notables pour les activités de nettoyage, le conseil en ingénierie et informatique, mais l’environnement est beaucoup moins positif pour l’interim et le transport logistique, même s’il est à noter l’arrivée du géant Mondial Relay avec une plateforme de colis dans l’agglomération montoise.

Toujours de mauvaises perspectives pour le bâtiment avec – 4,8 % de permis de construire, ou la chimie très impactée par les coûts énergétiques. Le bois papier emballage va un peu mieux depuis le début de l’année avec une reprise de l’export. La filière canard reprend des couleurs également mais dans l’agrolimentaire, globalement, « les produits de qualité landais, plutôt chers, ne sont aujourd’hui pas recherchés par les consommateurs ». Très bonne dynamique pour le surfwear (+ 18 % à l’export) et l’aéronautique, notamment dans le civil et les moteurs d’hélicoptères.

Côté thermalisme, « la saison s’est engagée doucement et le rythme actuel ne permettra pas de retrouver le niveau de 2019. » Enfin, pour le tourisme, la fréquentation du printemps a été gâchée par la météo mais les perspectives sont bonnes, « notre ADN étant en conformité avec les attentes des vacanciers » sur les thématiques de la nature, du farniente et du littoral.

« Ce qui peut rendre plus optimiste, a estimé François Lafitte, c’est que ce département a une forte diversité d’activités économiques qui fait notre résilience. Quand un secteur d’activité va mal, un ou deux autres vont très bien et l’équilibre se maintient. »

COURRIER AUX CANDIDATS DES LÉGISLATIVES

En conclusion, le président de la CCI des Landes a dit sa préoccupation en vue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution surprise de l’Assemblée nationale. 12 questions vont être envoyées la semaine prochaine à tous les candidats des trois circonscriptions landaises afin qu’« ils clarifient leur position et donnent leurs propositions », a-t-il souligné, en présence de l’ex-ministre et députée sortante de la majorité présidentielle, Geneviève Darrieussecq.

Parmi les sujets évoqués dans ce courrier, le coût de l’énergie et le taux des prélèvements obligatoires, la formation des futurs salariés, l’assouplissement de la loi Zéro artificialisation nette « dans un département rural comme les Landes », la création de réserves d’eau pluviale, « les difficultés à créer de nouvelles unités de production du fait des contraintes administratives », l’exonération de taxes locales et fiscalité nationale pour défendre les petits commerces dans les centres-villes et bourgs, de nouveaux logements sociaux, le développement du fret ferroviaire et de la LGV, le soutien au secteur industriel du port de Bayonne et entreprises du Seignanx, ainsi qu’au financement des clusters d’innovations, et l’idée d’un plan national de santé en faveur des soins naturels et thermaux.

© J. D.